définir sa ligne éditoriale

Bonjour vie de rédacteur freelance

Après 11 ans de salariat, devenir rédacteur freelance peut sembler effrayant. Ou excitant. Ou un peu des deux.

Un jour, j’ai entendu un ancien collègue devenu freelance dire : « Ce qui me manque le plus du salariat, c’est les tickets resto et mes collègues. Dans ce sens-là. »

C’est à mon tour de faire ma top liste de choses qui me manquent dans le salariat puisque me voilà désormais devenue rédacteur freelance.

Je dirais :

  1. Le placard à fournitures de bureau (un jour j’ai même trouvé des attaches parisiennes !)
  2. La sécurité financière
  3. Mes collègues.

Dans ce sens-là, évidemment.

Devenir rédacteur freelance, au-delà de la joie de pratiquer un métier que j’aime vraiment, c’est un peu effrayant. Mais j’ai décidé de prendre quelques bonnes résolutions :

En finir avec le syndrome de l’imposteur

Vous savez, cette petite voix au fond de vous qui vous dit : « Laisse tomber, tu n’est pas à la hauteur ! »

Les justifications sont multiples. Par exemple, j’ai longtemps été peu sûre de moi dans le milieu du web parce que je n’avais pas étudié le web à l’école. Les premiers mois, je notais dans mon carnet tous les mots que je ne comprenais pas (« Tu me forwardes ta propale de ka-pi-aïe ASAP ? ») pour ensuite aller demander à Google ce que ça voulait dire.

La vérité c’est que tout ce dont j’avais besoin pour être efficace en rédaction web, je l’ai appris sur le tas, grâce à mes collègues, grâce à des lectures, grâce à des tests… Et je ne regrette pas une seconde mon master 2 de lettres modernes totalement déconnecté du web.

Ne pas être seul : rencontrer d’autres rédacteurs freelances

Evidemment mes anciens collègues me manquent. Laissez-moi ravaler un sanglot.

Mais d’une part, je garde le contact (tant bien que mal). D’autre part, l’activité freelance n’est pas obligatoirement synonyme de solitude ! Via LinkedIn, Twitter, Instagram et consorts, on a accès à un superbe réseau de belles personnes. Un chouette moyen d’échanger sur son métier !

D’ailleurs, si vous êtes vous-mêmes rédacteurs freelances lyonnais, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message pour qu’on aille boire un café !

1 commentaire
  • Ligne éditoriale : comment la définir ? - Marie Signoret
    Répondre

    […] n’ont pas le monopole de la ligne éditoriale. Petits créateurs, blogueurs, petites marques, indépendants… Nous aurions tous besoin de définir notre ligne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *